Pleroma

Tiens un chouette article concernant l’éducation au collège.

C’est un témoignage d’une personne s’étant faite embaucher comme prof de musique pour un remplacement pendant le covid.

replies
2
announces
5
likes
0

@lord Les faits sont intéressants, mais... On voit bien, et c'est compréhensible vu son parcours, qu'elle se raccroche à ce qu'elle a connu de l'enseignement dans sa jeunesse pour juger la situation actuelle. Par exemple son appel au retour de la notation chiffrée ne correspond à aucune des études menées à ce sujet : les notes sont débilitantes, comme la plupart des systèmes d'évaluation d'ailleurs.
La partie factuelle de son témoignage est très intéressante, son regard "neuf" pointe bien l'immense souffrance institutionnelle vécue par les élèves et les enseignants.

@FredricT Ouaip le coup des notes (je savais même pas que ça avait disparu) je suis pas spécialement convaincu de ce qu’elle raconte. Mais pour le manque de moyens, d’envie des gosses, de compréhension de l’inspecteur… c’est assez chouette comme témoignage j’ai trouvé.

@lord
Très intéressant ! Je ne vais pas faire une critique détaillée, mais étant moi-même dans l’enseignement et ayant beaucoup d’années de pratique musicale à mon actif, il me semble qu’il y a quelques points qu’on peut soulever !

@lord
Tout d’abord, comme elle le souligne, en France pour enseigner on ne nous demande pas de diplôme pédagogique. Juste des compétences dans la matière enseignée. Ça, j’ai pu comparer (puisque je ne suis plus en France), et clairement c’est un vrai problème ! On ne s’improvise pas prof, et je pense que beaucoup d’entre nous se souviennent avoir eu un prof avec plein de connaissances, mais qui ne savait clairement pas les transmettre.

@lord
Ensuite, la musique, malheureusement, n’est effectivement pas du tout une matière prioritaire dans le système français. C’est triste et il y a beaucoup à dire, mais ça justifie en partie le manque de moyens mis à disposition, du côté de l’établissement mais aussi de la part des élèves. Il faudrait voir si ça se passe de la même façon avec d’autres matières…

@lord Il faut également mentionner que, faire un remplacement, c’est toujours différent. Les élèves savent qu’on est là que pour une période courte, et ça peut jouer beaucoup sur leur rapport à l’enseignant. C’est aussi plus compliqué d’avoir un cadre quand on débarque comme ça, sans même pouvoir parler à leur enseignant habituel pour savoir où les élèves en sont.

@lord
Du côté administratif aussi, quand on remplace c’est un peu yolo, on nous laisse nous débrouiller dans une école qu’on ne connaît pas, avec des élèves qu’on ne connaît pas. Ça complique forcément la tâche…

@lord
La question des notes, ça a déjà été abordé, mais effectivement il y a eu des études. Après, le problème c’est peut-être de changer de système sans réellement expliquer aux enseignants comment ça fonctionne.

@lord
Le fait de privilégier la voie intellectuelle, ça c’est quelque chose que je déplore depuis longtemps. À mon avis beaucoup d’élèves seraient bien plus heureux et épanouis dans des filières professionnelles, mais ne les choisissent pas parce que, culturellement, on leur rabâche que c’est réservé à ceux qui n’arrivent pas suivre les cours

@lord
C’est totalement stupide, et ça serait bien qu’on leur parle de ces filières comme… bah, des filières. Qu’on peut choisir si on en a envie. Je suis actuellement en Norvège, où l’état d’esprit sur ces filières n’est pas le même, et j’ai l’impression que ça change vraiment beaucoup de choses. En France, ça a peut-être changé depuis que j’ai été au collège, mais j’ai des doutes.

@lord
La différence entre les savoirs et les compétences, j’ai travaillé dessus, et pour le coup elle n’a pas l’air de s’en rendre compte mais c’est réellement quelque chose d’intéressant. Après, c’est peut-être mal utilisé, peut-être que l’Éducation Nationale se contente de brandir ces termes sans réellement se pencher sur leur signification.

@lord
Le chant en conservatoire : pour avoir été en conservatoire pendant très longtemps (dont durant l’adolescence), je peux témoigner que, même à l’adolescence, les cours de chant étaient obligatoires, et ce n’était pas facile pour tout le monde xD. Ce n’est peut-être pas pareil partout, peut-être pas là où elle était, mais ça se fait, j’ai dû passer par là.

@lord
Je n’ai pas vraiment compris sa critique des parents qui "ne levaient pas le petit doigt" (il me semble que c’est ce qu’elle disait) face à l’absence du professeur de musique habituel. À mes yeux, ce n’est clairement pas aux parents de gérer l’absence d’un professeur, d’ailleurs même s’ils le voulaient, qu’est-ce qu’ils pourraient faire à part se plaindre pendant des mois à un établissement qui n’a trouvé personne pour remplacer ?

@lord
Enfin, l’épanouissement des élèves… c’est vraiment un sujet passionnant. J’ai eu des élèves du début primaire aux études supérieures, et les cours de musique peuvent être très réjouissants, mais aussi très laborieux (j’ai aussi connu cette différence en tant qu’élève). Comment passer de l’un à d’autre, ça, ce n’est pas aussi tranché qu’on pourrait le penser. Parfois le même cours peut être un grand succès avec une classe, et ne pas du tout fonctionner avec une autre.

@lord

Pardon pour le roman, je me disais que ça pouvait peut-être intéresser quelqu’un et que ça valait le coup de partager ce que je pensais.
En tout cas, merci pour l’article, c’était très intéressant. Et les réponses faites à l’inspecteur étaient particulièrement réjouissantes, cette partie m’a bien fait rire !